Feu vert, jaune ou rouge ?

Posted by

COUP D’ŒIL SUR QUELQUES TENDANCES ET PRÉVISIONS EN MATIÈRE DE RÉGIME DE PROPRIÉTÉ

chuck-jan

Acette époque de l’année, les divers médias offrent des prévisions de ce qui pourrait se passer au cours de l’année.

Les consommateurs canadiens ont généré une croissance record des ventes de véhicules neufs sur plusieurs années. Les constructeurs de véhicules lancent de nouveaux produits et des produits revus dans le but d’atteindre tous leurs objectifs de marque, de concurrencer les modèles des autres marques et, ultimement, d’aller chercher des parts de marché.

Peu importe que 2016 permette d’établir un nouveau record de ventes de véhicules neufs ou pas, les concessionnaires devront constamment garder les yeux sur la balle et faire le meilleur travail possible.

Quand je pense aux concessions d’automobiles en termes de commerce et aux fortes influences qui s’exercent sur la gestion des concessions, je pense à l’économie, à la politique, à la marque, au personnel, à la propriété et aux clients.

Je commence par l’économie canadienne à qui je donne un feu jaune.

Les taux d’intérêt sont bas, le prix des maisons est relativement élevé, les matières premières, pour la plupart, sont dépréciées et notre dollar ne montre aucun signe d’appréciation. Tous ces indicateurs sont à la fois positifs et négatifs.

Du point de vue de l’emploi dans les provinces pour la période de septembre 2014 à septembre 2015, l’Ontario et la Colombie-Britannique ont connu la plus forte hausse en termes de nouveaux employés.

Notre paysage politique a changé en 2015 avec l’élection d’un gouvernement libéral et des élections provinciales en Alberta et à l’Île-du-Prince-Édouard. Nous devrons attendre pour voir si de nouvelles politiques et législations affecteront nos clients et nos entreprises. Je donne un feu jaune.

Ainsi va la marque, ainsi va le réseau de concessions. Toutes les marques sont actuellement optimistes quant à l’avenir et ont des objectifs de parts de marché élevés.

Dans le jeu des parts de marché, il y aura des gagnants et des perdants.

Au cours des dernières années, il était possible pour une marque d’augmenter ses ventes de véhicules neufs, mais pas sa part de marché.

Le Rapport d’observations de Desrosiers Automotive Consultants de novembre 2015 auquel plusieurs d’entre nous ont souscrit, brandit la possibilité d’un marché canadien de deux millions de véhicules.

Le rapport indique que, selon certaines hypothèses, ce serait possible, mais probablement pas à court terme. DAR voit plutôt un marché des ventes de véhicules neufs pour 2016 se situer « quelque part aux environs des 1,9 million d’exemplaires ».

Cela signifie que, pour la première fois depuis 2009, le marché pourrait être calme en 2016. Je donne un feu jaune.

Les marques, à certains égards, contrôlent le portefeuille du concessionnaire. Selon toute vraisemblance, mon instinct me dit que les concessionnaires montreront une amélioration de leur marge brute pour 2015.

C’est bon et c’est absolument nécessaire puisque les marques demandent aux concessionnaires d’investir plus de leur marge brute en formation, en publicité, en technologie, sur l’image et les rénovations, sur l’inventaire et les processus.

Je ne vois pas le jour où cette pression des constructeurs s’estompera, alors, les bénéfices bruts plus élevés de 2015 sont vraiment les bienvenus. Mais pour 2016, il est difficile de projeter une augmentation du bénéfice net.

Ceci dit, si l’on assume que toutes les planètes sont alignées, je donne un vert clignotant/jaune/rouge selon la représentation de la marque.

Je crois que 2016 sera une année active pour les transferts de propriété de concessions. J’ai parlé à plusieurs concessionnaires dans la seconde moitié de 2015 concernant les plans de successaion que j’ai depuis longtemps.

Je considère cela comme très positif pour les concessionnaires et les marques qu’ils représentent.

Ajoutez à cela le fait que les groupes, pour la plupart, ont des objectifs de croissance importants par acquisitions.

Ces trois facteurs se combinent pour faire de 2016 une année de transfert de propriété importante. Je donne clairement ici un feu vert.

La question de la succession en est une intéressante. Pour de nombreux concessionnaires qui ont des enfants dans l’entreprise, le temps est venu de faire approuver leur plan de succession par le constructeur.

Les constructeurs ont un vif intérêt pour leurs futurs concessionnaires. Certains concessionnaires actuels seront déçus, d’autres verront leur plan différé ou obtiendront le feu vert pour aller de l’avant.

Bien sûr, la formation est une condition préalable par les temps qui courent. Des programmes comme le nouveau Programme de gestion de concession d’automobiles de niveau postuniversitaire offert par l’Automotive Business School of Canada sont considérés comme une exigence minimale pour la plupart des constructeurs quand vient le temps de nommer un nouveau concessionnaire.

Attirer les gens continuera de représenter un défi en 2016.

Du point de vue des employés, beaucoup de bonnes choses se passent dans nos écoles secondaires et post-secondaires dans tout le pays pour améliorer l’image de l’industrie de l’automobile.

À moins d’événements géopolitiques et socio-économiques négatifs majeurs qui sont complètement hors de notre contrôle, 2016 devrait être une nouvelle année solide pour les concessionnaires d’automobiles.

Mais devons être prêts à réagir à toutes les surprises à la fois dans nos vies professionnelle et personnelle pour nous assurer que nos concessions demeurent dynamiques.

Affaires automobiles