iA-VAG et PPP : l’heure du renouveau a sonné

Depuis novembre 2016, les choses bougent au sein du Groupe PPP et d’iA-VAG. En fait, ce dernier a acheté Groupe PPP et, plusieurs mois plus tard, ça y est, tout est enfin réglé. Cette transaction, qui a fait tant de vagues, a été officialisée.

C’est au bureau de M. Luc Samson, nouveau vice-président principal, Services des concessionnaires, mais chez iA-VAG depuis plus de 25 ans, accompagné de M. Félix Lambert, président du C.A. du Groupe PPP, qu’Affaires automobiles a pu en savoir davantage sur ce qui s’est passé et, bien sûr, ce qui va se passer dans l’avenir. M. Samson a d’ailleurs commencé l’entrevue en mentionnant que, maintenant que c’était fait, ils étaient enfin prêts à faire des affaires. Parce qu’une transaction comme celle-là, ce n’est pas une mince affaire… Avec 300 actionnaires, c’est évidemment un dossier complexe.

Tout d’abord, « on s’est entendus sur une transaction où toutes les parties étaient contentes; on s’est basé sur le désir des actionnaires d’aller de l’avant », a commencé M. Samson. Et d’ajouter que tout avait été fait dans un climat des plus respectueux pendant ces nombreux mois de transitions, a ajouté M. Lambert.

Ce qui est particulièrement intéressant de cette fusion, c’est que les deux partenaires auront du nouveau à offrir, ce qui, bien sûr, bonifiera l’offre. Plus particulièrement, le Groupe PPP apporte à iA-VAG une boîte de courtage, une assurance garage, une garantie prolongée et plus encore. Plus précisément, les ressources additionnelles se déclinent sous les formes d’assurances, de logiciels, de portail transactionnel et de formation. Le Groupe PPP bénéficiera aussi de plusieurs avantages, dont l’offre de nombreux et nouveaux produits que possède iA-VAG. Les deux programmes de formation seront également fusionnés, notamment le populaire programme Ascension du Groupe PPP. On gardera le meilleur des deux pour n’en offrir qu’un seul mais qui saura visiblement être des plus efficaces. On regroupe donc les forces en ce qui concerne les assureurs, les relations mais aussi pour les stratégies numériques et les ressources.

En bref, cette fusion représente le meilleur des deux mondes. « Maintenant que c’est conclu, tout le monde est content. Et, au bout de la ligne, c’est l’industrie qui sera mieux servie. On veut mériter nos concessionnaires et on travaille fort pour ça », a conclu M. Samson. Puis, ce sera des produits intéressants à offrir et à répandre partout au Canada.

On parle également de déménagement, que ce soit à Québec, où on mixera les deux entités, et à Montréal, où le déménagement de plusieurs bureaux dans un même établissement du Quartier DIX30 est déjà prévu pour cet été.

Affaires automobiles