L’industrie automobile exige des changements aux règlements portant sur les véhicules zéro émission

Le Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques a dernièrement publié des règlements concernant la loi n°104- Loi visant l’augmentation du nombre de véhicules automobiles zéro émission au Québec afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre et autres polluants.

«Nous respectons le droit du Gouvernement de Québec pour présenter une telle législation tout comme nous respectons et soutenons l’objectif principal de la législation et de ses règlements, soit la réduction d’émissions de gaz à effet de serre provenant des véhicules de promenade au Québec. Cependant, les membres des Constructeurs mondiaux d’automobiles du Canada ne sont pas d’accord avec la prémisse que la loi 104 augmentera de façon importante l’introduction de véhicules zéro émission au Québec. Au contraire, face à une demande limitée de VZE au Québec, cette loi causera des distorsions dans le marché qui nuiront aux consommateurs du Québec et des concessionnaires automobiles et retarderont également l’objectif réel de réduire les émissions de carbone au Québec» a mentionne David Adams, le Président des Constructeurs mondiaux d’automobiles du Canada.

«Nous sommes très préoccupés que même avec des règlements des plus flexibles du côté de l’offre, Québec ne puisse pas atteindre ces objectifs sans accélérer dramatiquement tant les investissements que le déploiement d’infrastructures de recharge pour les VZE» a ajouté M. Adams. «De plus, il est absolument essentiel que le gouvernement maintienne des incitatifs compétitifs à long terme pour stimuler la demande des consommateurs,» a dit Adams.

L’industrie automobile a fourni des recommandations au gouvernement tout au long de l’élaboration de la réglementation, mais malheureusement ces recommandations n’ont pas été retenues dans la version publiée aujourd’hui.

«C’est une chose pour le gouvernement d’ignorer les conseils et les recommandations fournies par l’industrie, mais il est complètement déloyal d’avoir élaboré une réglementation encore plus rigoureuse que ce qui était initialement envisagé par le gouvernement» a noté M. Adams. «Sans changements significatifs, suite à la période de commentaires publique sur les règlements, cette pièce de législation risque de devenir rien de plus qu’une taxe supplémentaire pour les Québécois lors de l’achat de nouveaux véhicules.» Les membres des Constructeurs mondiaux automobiles du Canada continueront à travailler avec le Gouvernement du Québec, mais nous avons besoin d’un dialogue constructif; ce qui n’est pas encore arrivé malgré nos efforts. Nous avons toujours le désir et la conviction de pouvoir améliorer les règlements et recommanderons à nouveau, des approches afin d’augmenter la demande pour les véhicules zéro émission dans la province.

Les règlements découlant de la loi n°104 sont dans une période de commentaires de 45 jours. Loi n°104 tente d’augmenter l’offre de véhicules zéro émission (les véhicules électriques à batterie, les véhicules hybrides rechargeables, et les véhicules électriques à pile à combustible). L’industrie automobile répond toujours à la demande des consommateurs pour les véhicules de tous types.  Bien que grandissante, la demande de véhicules zéro émission au Québec représente toujours seulement 1 % de ventes de véhicules au Québec.

Les Constructeurs mondiaux d’automobiles du Canada (CMAC) est l’association nationale des fabricants représentant les intérêts canadiens de 15 des fabricants automobiles les plus respectés au monde. Les membres emploient, directement et indirectement, 77 000 Canadiens et 63% des véhicules qu’ils ont vendus au Canada ont été fabriqués en Amérique du Nord.  En 2016, les compagnies membres de CMAC ont vendu quelque 1 099 668 véhicules, ce qui représente 56.4 % du marché canadien de l’automobile.

Affaires automobiles