Toyota passe en mode hydrogène au Québec

Au kiosque de Toyota, lors du Salon de l’auto de Montréal, on a présenté de nouveaux modèles, bien sûr,  mais on a surtout parlé d’environnement, particulièrement de l’hydrogène, et ce, avec des invités de marque tels les ministres Isabelle Melançon et Pierre Moreau.

La conférence du constructeur japonais a commencé en faisant allusion, bien sûr, à la toute nouvelle Avalon 2019, un magnifique véhicule. On en a également profité pour dévoiler, en primeur, un concept particulier, mais des plus intéressant. Baptisé Kikai, le véhicule sort de l’ordinaire, bien sûr, mais c’est surtout un concept axé sur le conducteur qui débouchera éventuellement sur des innovations de modèles de série.

Puis, a ensuite eu lieu une conférence spéciale, toujours au kiosque de Toyota, où on a appris, en grande primeur, que le modèle Mirai serait commercialisé au Canada, mais d’abord au Québec.

Pourquoi l’hydrogène ? Pourquoi le Québec ?

Le Québec a été surtout choisi, après avoir été testé au Japon et en Californie, pour ses ressources telles l’eau et l’électricité, ce que nous avons en abondance. Et pourquoi maintenant ? Le monde a besoin de solutions de rechange propres aux voitures classiques. Maintenant, c’est l’étape suivante. C’est la suite de ce qu’on a commencé il y a de nombreuses années, nous a-t-on dit. Un pas de plus vers un monde moins de C02!

Enfin, pourquoi la Mirai ? La Mirai est le premier véhicule de masse au monde utilisant l’hydrogène. Elle permet une autonomie de 500 kilomètres, ça ne prend que quelques minutes pour faire le plein, et elle produit de l’eau pour seule émission. Ce n’est pas pour rien que son nom Mirai, en japonais, signifie Avenir…

Notons que Toyota est un fier partenaire du comité paralympique et olympique canadien.

Affaires automobiles