Les ventes de janvier poussent 2018 vers un record

Posted by

Si l’on a prévu que le rythme des ventes de véhicules neufs au Canada serait modéré en 2018, c’est que le marché n’a pas encore compris le message. Après deux mois consécutifs de baisse, les ventes de janvier ont rebondi pour atteindre un record absolu pour le mois, avec 117 308 véhicules vendus, en hausse de 5,7 % par rapport à janvier 2017 et de 15 % par rapport à la moyenne quinquennale du mois.

« Même si le Conference Board du Canada rapporte que le niveau de confiance des consommateurs a baissé en janvier – ce qui se traduit habituellement par une baisse des achats de produits de grande consommation – les ventes d’automobiles ont fonctionné à contre-courant en janvier », a déclaré David Adams, président de Global Automakers of Canada.

« D’autres incertitudes importantes, comme le sort de l’ALENA et la situation géopolitique en général, semblaient avoir laissé les consommateurs d’automobiles indifférents », a-t-il ajouté.

En soutien au nouveau record de ventes pour le mois, le taux annuel désaisonnalisé (TAD) de janvier a atteint 2,1 millions, selon DesRosiers Automotive Consultants (DAC). Cependant, janvier n’est pas un mois qui révèle les tendances du marché, a mentionné Dennis DesRosiers. « Il y a beaucoup d’éléments à la fin de l’année qui peuvent avoir un effet sur les ventes de janvier. »

En outre, a observé Dennis DesRosiers, la spéculation sur l’augmentation des taux d’intérêt pourrait avoir incité certains acheteurs sur le marché à vouloir obtenir un taux d’intérêt bas. « Il y a autant de variables positives que négatives qui affectent les ventes de véhicules en ce moment ; il est donc difficile de prédire où se situera le marché en 2018 », a-t-il conclu.

« Le pari le plus sûr », a-t-il suggéré, « serait une correction mineure, même si nous n’étions pas surpris de nous retrouver avec une autre année record en 2018. »

Tourmente au sommet

Comme il semble que ce soit devenu une habitude, Fiat Chrysler Automobiles (FCA) a pris le leadership des ventes pour le premier mois de l’année – et ce pour la quatrième année consécutive, même si elle n’a maintenu cette position qu’une seule fois à la fin de l’année durant cette période (2015).

Même si elles lui permettent d’occuper le premier rang, les 17 761 ventes de FCA sont en baisse de 3,7 % par rapport à l’année précédente, faisant baisser sa part de marché de 1,5 %, à 15,1 %.

General Motors a maintenu le rythme des derniers mois avec 16 791 véhicules vendus – le seul des trois grands de Detroit à publier des gains avec une augmentation de 15 %. Ce faisant, GM a coiffé Ford en deuxième place et a augmenté sa part de marché de 1,1 % par rapport à l’an dernier, à 14,3 %.

Cette performance a relégué le leader des ventes de l’année 2017, Ford, à la troisième place avec 16 461 véhicules vendus – une baisse de 4,4 % par rapport à l’année précédente et une diminution de 1,5 % de sa part de marché à 14 %.

Si l’on met toutes ces données sur les parts de marché en perspective, Ford a terminé l’année 2017 avec une part annuelle de 15,1 % ; pour ce qui est de GM et de FCA, cette part de marché se situe à 14,9 et à 13,1 %, respectivement.

Collectivement, les trois grands de Detroit réclament 43,5 % du marché en janvier, en baisse de 1,8 % sur l’an dernier, mais en hausse de quatre dixièmes de point sur leurs résultats de 2017.

Honda prend la mesure de Toyota

Ce qui est peut-être la plus grande surprise de janvier, c’est le fait que Honda a bondi en quatrième place avec 12 007 ventes – une augmentation radicale de 31,5 % qui a fait monter sa part de marché de 2 % à 10,2 %, la hausse la plus importante de l’industrie.

Résultat, Toyota est passée en cinquième place malgré une augmentation de ses ventes de 2,8 %, à 11 168 véhicules. Même si ses ventes figurent parmi les plus élevées, sa part de marché a baissé de 0,3 %, à 9,5 %.

Nissan, qui était passée en cinquième place en décembre, reprend sa sixième place habituelle avec des ventes de 8 017 véhicules, en hausse de 5,3 %, et avec une part de marché de 6,8 %, en baisse de 0,1 %.

Hyundai s’est maintenue en septième position malgré un recul de 11,6 % des ventes à 5 200 véhicules et une baisse de sa part de marché de 0,9 % à 4,4 %.

Mais les douze premières places se sont effondrées ; Mazda, notamment, s’est classée huitième avec une augmentation des ventes de 10,2 %, pour 4 416 Véhicules, et une augmentation de sa part de marché de 0,2 % à 3,8 %.

Immédiatement derrière, Volkswagen connaît une augmentation des ventes de 42,8 %, pour 4 327 véhicules, ce qui fait monter sa part de marché à 3,7 %.

La dixième place pour le mois va au leader des véhicules de luxe, Mercedes-Benz, malgré une baisse de 4,6 % de ses ventes et une diminution de sa part de marché de 0,4 % à 3 %.

Tous ces changements de même qu’une baisse de 5,2 % des ventes chez Kia pour 3 253 véhicules, ont relégué la marque sud-coréenne à la 11e place. Sa part de marché a également baissé de 0,3 % à 2,8 %.

Subaru a conservé sa 12e place avec 3 221 véhicules vendus, juste derrière Kia, et ce, même si ses ventes sont à la hausse de 14,8 % par comparaison avec l’an dernier et si sa part de marché a monté de 0,2 % à 2,7 %.

Comment ce classement bougera-t-il au cours de l’année ? Ça reste à voir !

Gagnants et perdants

En termes de pourcentage, la grande gagnante en janvier a été Volvo avec une augmentation des ventes de 45,4 %, suivie par Volkswagen (+45,4 %), Audi (+17,9 %), Genesis (+36,4 %) et Honda (+31,5 %).

Même su plusieurs marques se sont retrouvées en deçà de la moyenne du marché, celles dont les ventes ont décliné ont été FCA (-3,7 %), Ford (-4,4 %), Kia (-5,2 %), Mercedes-Benz (-4,6 %), Maserati (-5,7 %) et Hyundai (-11,6 %).

Les ventes de camionnettes, y compris les VUS, ont augmenté de 9,1 % à 85 906 véhicules, soit 73,2 %du marché. Les ventes d’automobiles, quant à elles, ont baissé de 2,5 % à 34 102 véhicules, soit 26,8 % du marché.

Affaires automobiles