Une étude de la CADA sur la main-d’œuvre dans l’industrie fournit des données comparatives utiles

La rémunération hebdomadaire moyenne des employés des concessions du Canada a été de près de 50 pour cent supérieure à celle de l’ensemble des travailleurs canadiens, selon un rapport sur l’industrie de la Corporation des associations de détaillants d’automobiles, qui fait suite à sa toute première étude nationale sur la main-d’œuvre publiée à l’intention de ses membres plus tôt cette année.

Quelque 420 membres de la CADA parmi plus de 3 200 ont participé à l’étude, un « échantillon de bonne taille » pour une première expérience, a dit le président de la CADA, Tim Reuss, à Affaires automobiles. Le rapport contient des conclusions et des statistiques clés tirées d’une analyse complète de 40 000 documents de paie fournis par les concessionnaires. ESi-Q a préparé le rapport et géré l’étude nationale sur la main-d’œuvre. NCM Associates a commandité le projet.

Selon StatCan, la rémunération hebdomadaire moyenne (heures supplémentaires y comprises) pour tous les employés canadiens en 2021 a été 1 131 $ — trois pour cent de plus que l’année précédente. La rémunération hebdomadaire moyenne calculée dans l’étude sur la main-d’œuvre (heures supplémentaires y comprises) pour tous les postes d’une concession en 2021 a été 49 % plus élevée, soit 1 688 $. En outre, 62 pour cent de tous les employés inclus dans l’étude ont gagné plus que le salaire hebdomadaire moyen au Canada en 2021.

« L’étude nous fournit, à nous et à toutes les corporations provinciales, des données précieuses qui nous aideront à faire prendre conscience de l’importance de notre secteur aux politiciens, mais aussi à faire connaître au public en général les débouchés intéressants dans notre secteur », a résumé M. Reuss. « Elle contient des données démographiques et autres qui font contrepoids de belle façon à certains des stéréotypes qu’on associe parfois aux concessions d’automobiles.

Ce rapport servira notamment à mettre en valeur notre industrie par rapport aux autres secteurs et aura également diverses applications pour les corporations provinciales. »

Les conclusions sur le secteur de la vente au détail de véhicules sont basées sur quatre facteurs de comparaison : l’ensemble des concessions du pays; les marques (de luxe ou de grande consommation); le volume d’unités vendues (grand ou petit); et l’emplacement (milieu urbain ou rural).

Les salaires du directeur général ou du concessionnaire-exploitant, du directeur des ventes, du directeur des services financiers et de l’assurance, du directeur du service après-vente, du directeur des pièces, du conseiller en vente, du conseiller technique ou du préposé à la clientèle, du technicien d’entretien et du conseiller en pièces ont tous été présentés dans un tableau. Ils vont d’une moyenne nationale de 280 348 $ pour un directeur général à 54 503 $ pour un conseiller en pièces. Le salaire annuel national médian pour tous les groupes inclus dans l’étude est de 70 290 $.

« Même les concessionnaires qui n’ont pas participé à l’étude disposent maintenant de données comparatives nationales », a dit M. Reuss. « Nous espérons que la prochaine édition du sondage attirera un plus grand nombre de participants. »

Related Articles
Share via
Copy link