Les femmes engagées de l’industrie de l’automobile

mars 31, 2023

Avoir du succès dans un monde d’hommes

L’industrie de l’automobile a longtemps été dirigée par des hommes, mais cela ne signifie pas que les femmes ne peuvent pas y trouver le succès. À l’occasion du Mois international de la femme, nous nous sommes entretenus avec des femmes dynamiques de l’industrie qui réussissent.


Yolanda Biswah

Yolanda Biswah est vice-présidente principale et directrice générale de Canadian Black Book. Cette dirigeante travaille dans l’industrie de l’automobile depuis près de deux décennies. Mme Biswah a une expérience dans la vente et l’expérience client. 

Bien qu’elle se soit hissée au sommet, le manque de diversité de ceux qui l’entourent a été décourageant. « J’ai eu des gens extraordinaires qui m’ont encouragée, parrainée, aidée à devenir plus confiante », dit Mme Biswah. « Mais j’ai eu certaines difficultés ! La plupart du temps, je suis la seule femme et la seule femme noire dans une pièce. Je trouve toujours cela très intimidant. »

Ce leader croit que les femmes qui débutent peuvent apprendre des expériences difficiles qu’elles ont dû surmonter. « L’un des obstacles que j’ai dû surmonter est l’équité salariale. C’est un problème important ! Souvent, nous ne demandons pas ce que nous pensons mériter », explique Mme Biswah. « De plus, nous devons trouver notre voie et avoir confiance en nous, même si nous sommes les seuls de notre race ou de notre sexe dans la pièce. »

Le manque de représentation dans l’industrie de l’automobile est l’un des plus grands défis auxquels les femmes sont confrontées. Dans l’industrie, les postes de direction sont souvent occupés par des hommes, tandis que les femmes sont souvent négligées. Par conséquent, les femmes qui tentent de percer dans l’industrie peuvent manquer de soutien et de mentorat. Yolanda Biswah aimerait voir les dirigeants prendre les choses en main. « D’autres personnes occupant des postes de pouvoir doivent faire du mentorat et encadrer davantage de femmes dans des postes de direction. Nous en parlons tout le temps, mais il faut que cela arrive », partage Mme Biswah. « Nous avons besoin de plus de femmes comme moi et comme d’autres dans des postes de direction pour aider les jeunes femmes de cette industrie. Sinon, le secteur de l’automobile continuera à rester tel qu’il est. »

Le manque de représentation dans l’industrie de l’automobile est l’un des plus grands défis auxquels les femmes sont confrontées. Dans l’industrie, les postes de direction sont souvent occupés par des hommes, tandis que les femmes sont souvent négligées.


Diana Ricketts

Diana Ricketts est vice-présidente principale Partenariats stratégiques pour LGM Financial Services Inc. Elle a commencé à travailler dans une concession d’automobiles à temps partiel dans l’industrie à l’adolescence pour gagner son argent de poche, et le salaire était excellent. Cependant, cette nouvelle venue est rapidement tombée sous le charme de l’industrie, apprenant tout de première main. Mme Ricketts a occupé divers postes qui lui ont permis d’être exposée à un parc de véhicules, à la location, à la vente au détail, au commerce, au F & A et au service, ce qui lui a permis d’acquérir rapidement de l’expérience. 

Diana Ricketts a connu des hauts et des bas dans sa carrière. Il y a même eu des moments où elle était prête à tout abandonner. « Lorsque j’étais une jeune femme qui travaillait dans l’automobile, c’était super amusant, mais difficile. Lorsque j’ai obtenu mon premier poste de gestion, moins de 1 % des gestionnaires étaient des femmes », explique-t-elle. « À titre de jeune femme, j’ai dû composer avec du harcèlement sexuel et devoir prouver que je méritais d’être là dans mon poste. »

Elle conseille à tous ceux et à toutes celles qui tentent de réussir dans cette industrie d’obtenir de l’aide. « J’avais un excellent mentor masculin qui m’a poussée à occuper des emplois que je n’aurais probablement pas postulés par moi-même. Je n’aurais pas pensé que j’étais prête à le faire », partage Diana Ricketts. « Cependant, je pense que le parrainage est plus important que le mentorat. En effet, si vous n’êtes pas poussée par quelqu’un, vous n’y arriverez pas ou il vous faudra plus de temps pour y arriver.

Elle a un autre conseil pour les femmes qui débutent, un conseil qu’elle aurait aimé recevoir plus tôt. « Restez authentique ! Ne changez pas ; vous êtes exactement qui vous êtes censée être. Je n’ai pas porté de jupe pendant de nombreuses années par peur de la réaction des hommes », déclare Mme Rickett. « Je n’ai pas eu d’enfant avant l’âge de 37 ans parce que je ne pensais pas pouvoir conserver le poste que j’occupais. J’ai même supprimé ça. » 


Lauren Tedesco

Lauren Tedesco est vice-présidente principale de l’Automotive Parts Manufacturers’ Association (APMA). Elle a amorcé son parcours il y a 15 ans à titre d’étudiante d’été à l’APMA. Depuis, elle a travaillé dans les domaines de l’éducation et du droit et a été directrice des Communications auprès du président du Conseil du Trésor et du ministre de l’Éducation avant d’être attirée par l’industrie.

Cette fonceuse dit que les femmes qui débutent doivent sortir de leur zone de confort. « Nous voulons toujours demander la permission d’avoir un siège plutôt que de simplement traîner la chaise dans la pièce jusqu’à la table », explique Mme Tedesco. « Je pense que ce changement se produit, mais pas aussi vite que je le voudrais. Mais je pense qu’il y a beaucoup plus de femmes dans l’espace qui ont les coudes levés et qui sont beaucoup plus bruyantes. Cette nouvelle génération viendra paver la voie aux autres et leur diront : « Voilà, nous sommes là. Vous devez l’accepter, et nous changerons les choses pour le mieux. »

Lauren Tedesco pense que de nombreuses femmes quittent le domaine de l’automobile parce qu’il leur manque un outil important. « Cherchez un mentor et des amis qui vous permettront de bâtir votre propre réseau et faites confiance à ce réseau », dit Mme Tedesco. « Quand vous mettez le pied dans la porte, il est important d’avoir un endroit sûr pour revenir parler de ce qui s’est passé et y travailler. »

Mme Tedesco pense que davantage de travail sur l’équité doit être fait dans l’industrie de l’automobile. « L’équité doit être liée à l’inclusion. Vous n’allez pas vraiment créer de l’espace, mais vous allez cocher des cases. Si vous ne le faites pas les choses de manière authentique, alors à quoi bon ? Ensuite, vous le faites en fonction des RH et non comme une nouvelle culture d’entreprise qui crée cet espace pour les femmes », déclare Mme Tedesco. « Et je ne parle pas d’espaces publics. Créez des espaces où les femmes peuvent s’asseoir autour d’une table. Donnez-leur les ressources nécessaires pour réussir véritablement au lieu de faire les choses juste pour le spectacle », déclare Lauren Tedesco.

Articles liés
Share via
Copy link