Quand le haut dirigeant peut faire la différence en SST !

C’est avec plaisir que j’ai accepté l’invitation d’écrire une chronique régulière en SST dans ce prestigieux magazine de l’automobile. Je tenterai de vous transmettre ma passion, mais surtout, je souhaite vous donner l’envie de gérer au quotidien la santé et la sécurité au travail avec la collaboration des principaux acteurs que sont vos employés. Ces chroniques ont pour but de vous donner des trucs et des astuces qui ont été éprouvés auprès de plusieurs gestionnaires au cours de ma carrière et qui fonctionnent habituellement, selon le degré d’implication des dirigeants. 

Ce qui intéresse mon patron m’intéresse

Au cours des dernières années, nous avons constaté que le leadership des dirigeants d’une organisation en SST fait une différence, et qu’un programme de santé et sécurité bien pensé et bien utilisé mobilise les employés et crée un sentiment d’appartenance tout en prévenant les accidents. 

Il ne faut pas oublier que tout vient de la perception de dangerosité du risque. Plus le travail est routinier et sans incident, moins les gens se préoccupent des risques. Évidemment, en baissant la garde, la probabilité qu’un accident survienne augmente. Et qui de mieux placés que les hauts dirigeants pour mettre la table, pour exprimer les exigences de leur organisation et y donner du sens ?  

« Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, de taux de roulement élevé et de recrutement international, les organisations n’auront pas d’autres choix que de susciter un sentiment d’engagement. »

Aucune entreprise ne peut se permettre de perdre des joueurs. Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, de taux de roulement élevé et de recrutement international, les organisations n’auront pas d’autres choix que de susciter un sentiment d’engagement. 

Des activités qui donnent du sens

Imaginez si le PDG d’une concession participait à l’élaboration, à la rédaction et à la présentation de la politique SST de son entreprise. Pour un employé, le fait que le plus haut placé vienne discuter des valeurs qui l’animent, de son engagement et de ses préoccupations, indique clairement l’importance qu’il accorde au bien-être de son équipe.

Mais comment faire vivre cet engagement au fil du temps ? Par trois ou quatre activités ciblées et stratégiques, soit :

  • Une inspection planifiée des lieux, par exemple juste avant une période plus achalandée (ex. la pose de pneus), avec un message bien senti des risques associés ;
  • Une observation des tâches sur un risque critique (la réparation d’une voiture électrique où le risque électrique est présent au quotidien et demande de nouvelles compétences) ;
  • La participation à l’analyse d’un accident du travail qui aurait pu entraîner des conséquences graves ;
  • Une participation plus soutenue au comité de Santé et sécurité (les 15 premières minutes de la rencontre, par exemple) ;
  • La participation à l’accueil SST des nouveaux employés.

Engagement et conseils sur les suivis

La cohérence du message et l’exemplarité passent par les actions réalisées par rapport aux actions planifiées et aux mesures correctives efficaces mises en place. Si toute votre ligne de gestion démontre que vous vous préoccupez de la SST, les employés, pour la plupart, la prendront en charge, d’où l’importance des suivis que vous leur communiquerez.

Premier conseil : instaurer un suivi statutaire dans votre comité de gestion. Un bilan trimestriel sous forme de tableau de bord de vos activités de prévention pourrait être mis en place, par exemple. Il devrait comporter, en plus de vos actions planifiées, vos accidents ou vos enjeux de SST ainsi que les mesures correctives instaurées. Ce suivi indiquera aux gestionnaires et aux employés l’importance que vous y accordez. 

Deuxième conseil : ce suivi pourrait être présenté au comité de Santé et sécurité, démontrant ainsi votre transparence et votre souci de trouver les meilleures solutions aux enjeux de SST de votre organisation.

Troisième conseil : faire un bilan qui sera présenté aux employés en fin d’année par le plus haut dirigeant de votre organisation pour plus d’impact. 

L’entrée en vigueur de la nouvelle loi sur la santé et la sécurité du travail, combinée à vos enjeux de main-d’œuvre et à l’arrivée d’un risque à indice de gravité élevé, sont de superbes leviers pour changer votre culture en SST. Vous avez la chance d’être guidé par une association sectorielle (Auto-Prévention) qui a des outils extraordinaires pour gérer les risques et changer cette culture. Si vous faites partie d’une mutuelle de prévention, celle-ci peut également vous épauler. Profitez de leurs services, c’est payant.

Enfin, vous faites d’une pierre deux coups en impliquant le plus haut dirigeant de votre organisation : vous répondez aux exigences légales, mais surtout, vous mobilisez et engagez vos troupes vers une culture de prévention ! 

Share via
Copy link