Le partage des stratégies

POURQUOI LA COMMUNICATION OUVERTE EST-ELLE ESSENTIELLE À LA RÉUSSITE DE LA PLANIFICATION SUCCESSORALE ET DE LA RELÈVE DANS LE SECTEUR DE L’AUTOMOBILE ?

chuck-columnIl a été dit que la moindre petite information, si elle est mal comprise, peut entraîner de gros problèmes. C’est particulièrement vrai quand il s’agit de la valeur de sa succession et de la rivalité fraternelle.

Comme les concessionnaires, nous aimons rester optimistes. Beaucoup d’entre nous ont protégé leur famille des dures réalités auxquelles ils sont confrontés, jour après jour. Même si cela peut sembler tout à fait altruiste à ce moment-ci, à la fin, cette « protection » peut engendrer des malentendus qui causent de graves problèmes familiaux quand vient le temps de faire la planification successorale.

Quand il s’agit de la planification successorale et de la relève, il n’y a rien comme un dialogue ouvert et honnête.

DES CHEMINS DIFFÉRENTS
Regardons le cas de Mike et de sa famille. Mike est actuellement âgé de 82 ans et en mauvaise santé. Sa fille, Sparky, a pris la relève quelque 30 années auparavant pour aider son père à exploiter la concession familiale. Les trois frères et sœurs de Sparky se sont inscrits à l’université et ont exercé de belles carrières à l’extérieur du secteur de l’automobile. Par contre, Sparky a pris le flambeau et l’a porté bien haut volontairement pendant de nombreuses années.

Il y a environ 20 ans, Sparky avait commencé à acheter des actions de la concession à leur juste valeur marchande. Aujourd’hui, Sparky contrôle les actions ordinaires, mais grâce à divers gels successoraux au fil des années, Mike a toujours le contrôle des voix. La concession loue le terrain de la société de portefeuille immobilière de Mike, et, bien sûr, Mike a beaucoup d’investissements à l’extérieur.

Au fil des ans, les frères et sœurs de Sparky ont été les bénéficiaires de la générosité de Mike. Les véhicules démonstrateurs, l’essence et l’assurance étaient toujours fournis par la concession, les congés familiaux étaient payés, et Mike était toujours là quand ses enfants et ses petits-enfants avaient besoin d’aide financière.

Parallèlement, Sparky a dû garantir la dette bancaire, emprunter des fonds supplémentaires pour les améliorations locatives et le programme d’image de marque, rajuster son salaire aux réalités économiques de l’époque et ainsi de suite – des mesures que nous prenons tous à titre d’entrepreneurs et de concessionnaires d’automobiles.

En raison de l’âge avancé de Mike, les frères et sœurs de Sparky doivent désormais s’impliquer dans le plan de succession de leur père, et ce, avec les meilleures intentions.

Lors des repas du dimanche, papa parlait toujours en termes élogieux du secteur de l’automobile et du succès obtenu par la famille. La concession s’était révélée une véritable « vache à lait » pour la famille au fil des ans. Aussi inoffensives ces conversations entretenues autour d’un bon repas à la maison pouvaient-elles être, elles rendaient Sparky complètement folle, car les frères et sœurs s’étaient fait une fausse idée de la valeur de l’entreprise.

LA PERCEPTION ET LA RÉALITÉ
En raison de leur formation professionnelle, les frères et sœurs de Sparky ont eu des occasions qu’elle n’a pas eu, et elle les enviait. D’un autre côté, ses frères et sœurs l’enviaient d’exploiter l’entreprise familiale et de profiter de tous ces avantages. Même si Sparky a payé pour les actions communes de l’entremise de ses propres efforts et de son argent durement gagné, ses frères et sœurs avaient toujours pensé que Mike lui avait fait une fleur à leurs dépens.

La réalité était tout autre : la concession n’allait pas bien depuis un certain temps. Sparky a mis tout son cœur et son âme dans la garder rentable, travaillant d’arrache-pied six jours par semaine tout en suppliant le constructeur et la banque. Aujourd’hui, le salaire de Sparky est environ 20 % plus bas qu’il y a cinq ans, et son fardeau de la dette a augmenté. Elle se réveille régulièrement à 3 heures du matin à cause du stress et des responsabilités.

Ce genre de situation est assez fréquente. Et ce n’est pas propre à l’industrie de l’automobile, mais bien plutôt à toute entreprise familiale. Dans la plupart des cas, les frères et sœurs non participants ont une mauvaise perception de la valeur de l’entreprise, et ce, quel que soit le secteur. Cette idée fausse, dans la plupart des cas, n’est pas causée par un manque de communication mais bien plutôt par la qualité de cette communication.

J’ai vu trop de situations où les actifs ont été vendus pour satisfaire les exigences des membres non participants de la famille. Dans notre exemple, si Mike avait tenu des réunions familiales périodiques pour discuter ouvertement de la valeur de ses avoirs et des détails de son plan pour faire face aux difficultés, peut-être aurait-il pu éviter du stress et des problèmes.

Bien informer vos exécuteurs testamentaires, vos administrateurs et vos bénéficiaires sur une base régulière est essentielle pour réussir un plan de succession sans heurt. Comme nous le savons tous, les affaires changent régulièrement − des occasions d’affaires se présentent mais également des défis. Ces occasions d’affaires et ces défis ont toujours un effet sur ​​l’entreprise familiale, surtout quand il s’agit de la valeur de la marque et l’emplacement. C’est à ce moment qu’il faut partager l’information.

DE L’AIDE À PORTÉE DE LA MAIN
Toutes les familles ne peuvent travailler d’elles-mêmes dans les méandres d’un plan de succession. Heureusement, il y a des personnes qui peuvent vous aider. Ces personnes peuvent aider les parents à passer à travers et à exprimer clairement leurs désirs. Elles peuvent également travailler avec les frères et sœurs et, dans certains cas, les gestionnaires qui ne sont pas de la famille et impliqués dans l’entreprise, pour combler leurs attentes.

J’aimerais apporter un point sur le fait que les réunions de famille pour discuter des affaires devraient être gérées comme des réunions d’affaires. Il faut dresser un ordre du jour et faire le suivi, contrôler les discussions et prendre les minutes de la réunions. Les réunions à l’extérieur de la boîte, selon mon expérience, sont à privilégier : à la maison ou au chalet familial, à l’hôtel ou durant les vacances à l’extérieur.

Il est important que tout le monde sorte de leur vie quotidienne et consacre le temps et l’attention nécessaire au sujets traités lors de ces discussions.

J’ai lu deux bons livres récemment qui pourraient vous intéresser. Le premier est Every Family’s Business, de Thomas William Deans, Ph.D.; le second est Leaving a Legacy, de David C. Bentall. Les deux traitent l’entreprise familiale sous des angles différents et offrent aux lecteurs des concepts très efficaces pour les aider dans le processus de prise de décision. Le Guide de planification de la relève pour les concessionnaires de la CADA contient également de l’information très utile et précieuse.

Développer un plan de succession est un processus difficile, émotionnellement, pratiquement et légalement. L’information doit être partagée avec ceux qui sont touchés pour éviter les dommages collatéraux.

À propos Charles Seguin

Chuck Seguin est président de Seguin Advisory Services, une société-conseil qui aide les concessionnaires d’automobiles à réussir en leur fournissant des points de vue et des services indépendants confidentiels conçus pour répondre aux multiples décisions auxquelles sont confrontés les directeurs des concessions. On peut le joindre au (416)565-9493 et par courriel à cs@seguinadvisory.ca.

Articles similaires
Share via
Copy link