Robert Poëti de la CCAQ recommande la prudence

Alors que les concessions de partout au Canada s’adaptent aux nouveaux protocoles de santé et de sécurité tout en servant à nouveau les clients, Robert Poëti, président et chef de la Direction de la Corporation des concessionnaires d’automobiles du Québec (CCAQ) recommande la prudence.

Lors d’une entrevue avec Affaires automobiles, M. Poëti mentionne que les concessionnaires, qui refont surface après des mois de fermeture, devront faire preuve de prudence lorsqu’il s’agira d’analyser les chiffres de ventes et d’évaluer le premier mois de reprise des activités en termes de ventes.

Du côté des concessionnaires du Québec, M. Poëti a indiqué qu’il n’y a pas eu de ventes en mars, en avril et en mai. « Les gens qui devaient changer leur véhicule en raison d’un bail qui venait à échéance ou les gens qui devaient changer leur véhicule parce que c’était prévu, n’ont pas pu le faire au cours de cette période. »

« Cela signifie que, en juin, ces consommateurs ne sont pas ceux qui viennent magasiner un véhicule », a déclaré M. Poëti. « Ce sont des gens qui viennent acheter ou louer un véhicule. La partie magasinage a été faite il y a trois mois. Il est donc un peu difficile d’affirmer que juin a été un bon mois. En effet, ce sont les clients des deux ou trois derniers mois qui se présentent maintenant.

M. Poëti a mentionné que c’est dans trois mois qu’il faudra évaluer la situation. Ce n’est que lorsque nous terminerons les mois de juin, de juillet et d’août (les mois « équivalents ») que nous saurons si les concessionnaires ont bien fait durant les mois d’été, a-t-il dit.

« Ce mois-ci, nous recevons le client du mois précédent et du mois d’avant en même temps. »

« Ce mois-ci, nous recevons le client du mois précédent et du mois d’avant en même temps », a déclaré M. Poëti, ajoutant que nous devons être prudents lorsque nous considérons la période de reprise comme une bonne reprise post-COVID-19.

Il a ajouté qu’il y a une reprise, mais qu’il s’agisse d’une bonne période de reprise ou non, il reste encore beaucoup à faire au cours des mois à venir.

À l’heure actuelle, certains programmes provenant des concessions et des fabricants peuvent aider à donner l’impression qu’il s’agit d’une « bonne reprise » ; en effet, ces programmes offrent des incitatifs attrayants aux consommateurs. À titre d’exemple, un taux d’intérêt de 0 % pour un certain nombre de mois, aucun paiement pendant six mois, des garanties de 10 ans — une gamme d’options sont offertes aux consommateurs canadiens en ce qui concerne les véhicules neufs.

« Il s’agit d’incitatifs bénéfiques pour les consommateurs qui n’ont peut-être pas pris la décision de changer de véhicule, mais c’est quelque chose que nous ne saurons que dans les mois à venir », a déclaré M. Poëti.

Articles similaires
Share via
Copy link