Sécurité dans les concessions : Des angles morts dans les concessions favorisent le vol

Développements en matière de sécurité personnelle pour votre concession.

Cet été, Christopher Nadolny, vice-président principal de Marsh Canada, a observé une légère hausse du nombre de vols dans les concessions. Il n’a pas été en mesure d’identifier la cause exacte de cette augmentation, mais l’entreprise l’a cernée aux vols de clés de voiture et au vol d’identité.

Selon M. Nadolny, pendant un essai routier, les clés sont souvent échangées contre d’autres clés – un problème apparemment exacerbé par la pandémie, car les essais routiers étaient (dans de nombreux cas) sans surveillance, et le consommateur était laissé sans assistance en raison de la COVID.

« Assurez-vous d’avoir les deux jeux de clés correspondants lorsque le nouveau véhicule arrive à la concession et vérifiez que les clés correspondent l’une à l’autre après le processus », a déclaré M. Nadolny en entrevue avec Affaires automobiles.

Plus les concessions se montrent prudentes, mieux c’est, et pour cause. Christopher Nadolny a déclaré avoir observé cinq exemples de vols de clés dans la région du Grand Montréal autour de la période juin-juillet. Ce n’est pas surprenant puisque de tels cas se produisent habituellement dans les grands centres-villes, bien que cela puisse également se produire dans des zones plus restreintes.

Par conséquent, M. Nadolny conseille aux concessionnaires de faire en sorte que leurs vendeurs s’assurent que le client gare le véhicule à un endroit différent. « Le vendeur devrait alors ramener le véhicule à sa place après le départ du client. Et ce serait alors l’occasion de confirmer que les clés correspondent au véhicule à ce moment-là », a-t-il déclaré.

Usurpation d’identité

L’autre problème est le vol d’identité, ou comme le dit M. Nadolny, l’usurpation d’identité.

Imaginez, si vous voulez, un client entrant dans une concession après avoir terminé la majeure partie de la transaction virtuellement. Ce type de clients apparaît habituellement tard un vendredi ou un samedi, ou pendant un week-end de vacances ou un événement spécial, et il doit récupérer le véhicule dès que possible. Ensuite, pendant que le personnel de la concession recueille tous les renseignements pertinents et reçoit le feu vert de l’institution financière, le concessionnaire libère le véhicule avant que le financement ne soit entièrement approuvé.

Un bon exemple de type de problème a été révélé lors d’une entrevue entre Todd Phillips, rédacteur en chef du magazine Affaires automobiles, et Shahin Alizadeh, président et chef de la Direction de Downtown Automotive Group (DAG). Son équipe de concession a alerté la police d’une transaction suspecte et a arrêté une femme le jour de l’ouverture de la nouvelle concession Ford d’Alizadeh.

« Je pense que cela a commencé lorsque notre personnel a trouvé que cette personne avait un comportement quelque peu douteux au début, ce qui s’était produit à quelques reprises dans notre concession Ford », a déclaré Shahin Alizadeh. « Dans ce cas particulier, cette dame s’était présentée comme quelqu’un qui avait acheté un Explorer haut de gamme, en avait financé la quasi-totalité et avait obtenu une approbation. »

Il a mentionné que le personnel de sa concession se sentait « un peu mal à l’aise » avec le processus et son comportement ; le directeur général a donc décidé de faire un suivi. Il a appelé la compagnie d’assurance avec les renseignements qui lui avaient été fournis et a découvert que la compagnie d’assurance n’était pas au courant de l’achat.

Le directeur général a ensuite communiqué avec le client qui était apparemment à l’extérieur de la ville de Vancouver, en voyage, et n’était absolument pas au courant de l’achat de ce véhicule chez Downtown Ford. À ce moment-là, M. Alizadeh a déclaré que son équipe s’est rendu compte que ce client n’était pas celui qu’il disait être. Son équipe de concession a ensuite alerté la police métropolitaine de Toronto de la transaction suspecte.

Le jour de l’ouverture de leur nouvelle installation Ford, une livraison était prévue le samedi matin, et la police a donc envoyé trois détectives en civil à la concession, en attendant l’arrivée du client.

« Elle est arrivée à l’heure – une dame bien habillée – qui se présentait très bien, et très rapidement les détectives, en l’interrogeant, ont découvert qu’elle n’était pas celle qu’elle disait être, et que nos soupçons étaient absolument corrects », a déclaré M. Alizadeh.

Selon la police, il s’agit d’un problème très grave. La femme a été accusée d’un certain nombre d’infractions différentes, mais n’avait apparemment pas de casier judiciaire. « C’est un cas classique d’usurpation d’identité. C’est certainement une approche beaucoup plus organisée par un groupe qui a orchestré ces transactions », a déclaré M. Alizadeh.

Il a ajouté qu’il y a eu deux autres cas comme celui-là, selon le directeur général de la concession. C’était la première fois qu’une femme nous faisait le coup, car les deux autres impliquaient des hommes.

Bien que de nombreuses concessions essaient d’accélérer le processus de transaction pour offrir une expérience plus fluide et plus transparente, M. Alizadeh a déclaré qu’ils devaient encore prévoir suffisamment de temps pour examiner et réexaminer les documents et s’assurer que tout est légitime.

Quant à M. Nadolny, il ne voit pas la question de l’usurpation d’identité ralentir de sitôt. Et en fait, alors que l’économie commence à rebondir, il s’attend à ce qu’il y ait plus de demande pour ces véhicules volés.

« Christopher Nadolny a déclaré avoir observé cinq exemples de vols de clés dans la région du Grand Montréal autour de la période juin-juillet. »

Pour aider à prévenir ce type d’incidents, M. Nadolny conseille de s’assurer que la concession dispose d’une surveillance numérique adéquate. Cela n’empêchera pas un crime de se produire, mais cela peut aider les concessions à en tirer des leçons – et il a déclaré que les voleurs professionnels ne veulent habituellement pas se faire prendre par la caméra.

« Ayez des caméras à toutes vos entrées, et quand une personne entre dans la salle d’exposition ou le service après-vente, laissez-la voir un grand écran où elle a été identifiée et placez des panneaux à l’extérieur indiquant la présence du système de caméra de surveillance », a déclaré M. Nadolny.

La tactique est destinée à éloigner le criminel de votre concession. La prudence est la clé. Et plus les concessionnaires peuvent être prudents, meilleures sont leurs chances de se protéger, de protéger leur personnel et leur exploitation.

Articles similaires
Share via
Copy link