Prêts, party !

décembre 26, 2010

Le 1er octobre marquait le début du mois d’inauguration festive de la marque Scion chez 17 concessionnaires du Grand Montréal. Pour lancer la fête, c’est Scion Président, du 1920, Ste-Catherine Ouest, Montréal, qui accueillait les premiers fêtards, de 20h à minuit. Eh oui ! C’est comme ça que Scion fait la promotion de sa marque. On veut rejoindre les jeunes. Alors rien de tel que d’organiser des rassemblements festifs. On invite la jeune clientèle sur Facebook, tout particulièrement, à venir prendre un verre, danser, participer à des courses d’automobiles sur PS3 dans une ambiance de fête avec plein de jeunes.

Sans budget publicitaire, les concessionnaires et leurs directeurs de marque SCION doivent arriver à attirer le plus d’intéressés possible à leurs rassemblements, et ce, quatre fois par année.

Pour ce premier événement, Scion Président avait complètement redécoré la place. Il n’y avait plus de Toyota à voir dans la salle d’exposition. Tout était axé sur Scion et les jeunes. Deux DJ ont fait bouger les visiteurs et les commanditaires fournissaient des boissons énergisantes, de la bière et de la boisson alcoolisée.

«Il y a plus d’un an que nous avons été accepté comme l’un des 17 concessionnaires du Grand Montréal ! Nous en sommes bien heureux. Notre emplacement est très bien situé, ici, au centre-ville. Nous sommes entourés de collèges et d’universités, là où se situe notre clientèle-type. D’ailleurs, avec cette situation géographique, Scion Canada nous dit que nous avons la main dans le sac à bonbons !», nous disais Pierre Salah, directeur général de Toyota Président, en septembre dernier. «Évidemment, l’arrivée de Scion a demandé beaucoup d’organisation, et nous avons dû choisir qui allait diriger cette marque. Et la mission est revenue au champion des ventes, qui aura comme tâche principale la vente de tout ce qui se rattache à Scion. Il est jeune et bien motivé comme le demande la Marque. Il est également chargé d’organiser des événements à l’intérieur et à l’extérieur de la concession», explique M. Salah.

Rencontré dans un contexte de boîte de nuit, à la concession, lors de son party inaugural, le principal intéressé, Mathieu St-Jean, 28 ans, était dans son élément. «C’est notre premier party, mais pas le dernier ! Je dois en organiser un aux trois mois !», me dit cet habitué de telles promotions qui a déjà fait partie de l’organisation du Bal en Blanc, le plus important rassemblement d’amateurs de musique électronique (rave) à Montréal.

«Ce soir, on ne vend pas de voiture. Ce rassemblement est plutôt l’occasion de rencontrer notre clientèle dans une ambiance décontractée. On socialise, on fait la fête, on remet des cd de musique et l’on fait tirer des prix de présence tout en récoltant les noms et adresses de courriels de tout ce beau monde pour les réinviter à revenir nous voir», m’explique-t-il. Une fois les liens biens tissés, les ventes viendront plus aisément, prévoit-on.

D’ailleurs, si les coquetels d’ouvertures ou de lancements des concessionnaires se tiennent plus souvent qu’autrement les mardis et mercredis soirs, Scion n’adhère pas à la même logique. Sa clientèle-type n’a pas d’enfant; ce sont des jeunes qui sortent dans les boîtes de nuit et qui entretiennent leurs relations amicales en priorité, en personne ou en ligne. Alors pourquoi ne pas transformer les concessions en boîte de nuit et, même, mettre à leur disposition la page d’accueil de Facebook pour qu’ils puissent, une fois sur place, inviter leurs amis à les rejoindre ?

On étudie la clientèle, son type de musique préférée, sa boisson favorite, ses habitudes, puis l’on ajuste la recette et l’atmosphère pour qu’elle accroche à cette marque dynamique qui fait oublier qu’on est chez Toyota.

Rassemblement des 17
concessionnaires

Le 14 octobre, au centre-ville de Montréal, Jocelyn Fecteau, directeur régional de la marque Scion, accueillait ses 17 concessionnaires du Grand Montréal à la boîte de nuit Suco de la rue St-Laurent. Une fois de plus, on a fait la fête pour marquer l’arrivée sur le marché de cette nouvelle marque de voiture destinée aux jeunes.

Avant de lancer la marque Scion,
M. Fecteau dirigeait la marque Toyota, puis Lexus. «C’est tout un changement de culture. Il faut savoir que la moyenne d’âge de la clientèle chez Toyota est 56 ans. La marque vieillit avec sa clientèle, mais nous sommes conscient qu’il faudra, éventuellement, rajeunir la marque. D’ici là, Scion arrive juste à temps pour nous aider à aller chercher les jeunes», m’explique-t-il, en précisant que dans quelques années, lorsque l’acheteur d’une Scion voudra changer de voiture, Toyota devrait avoir rajeuni certains de ses modèles de façon à intéresser ces clients.

Pour le moment, tous les efforts de Scion Canada et de ses concessionnaires sont déployés pour que l’on remarque la marque. «Les directeurs de Scion ont tous la même mission. Ils doivent utiliser tous les moyens modernes efficaces pour faire tourner les têtes et attirer l’attention sur les véhicules. Tous, à l’exception de la publicité. En effet, pas de pub ! L’approche doit être différente. On ne veut pas faire comme Toyota. Il faut se différentier si l’on veut attirer une clientèle différente», selon M. Fecteau.

Si auparavant il était interdit pour plusieurs employés de flâner sur Facebook durant les heures de travail, les vendeurs de Scion, eux, doivent le faire. Ils doivent s’y faire des amis et bâtir des réseaux. Et, de plus, ils «doivent» les inviter à faire la fête quatre fois par année. «J’aime approcher la clientèle à la concession, mais je ne suis pas un organisateur de party», me disait Ugo Cloutier, directeur de la marque chez Chomedey Scion, conscient que ce nouveau défi fait maintenant de lui un promoteur de partys, ou un maître rassembleur. Mais M. Cloutier a tout de même réussi à attirer quelque 150 invités lors de son partys d’inauguration ce qui a bien rempli la salle d’exposition de la concession lavalloise. «Lors de cette fête, nous avons fait tirer des prix. Pour participer à ce concours, les invités devaient remplir des coupons sur lesquels ils inscrivaient leur nom et leur adresse de courriel. C’est ainsi que l’on détermine le nombre de visiteurs que nous avons reçus, puis les coordonnées nous permettent ensuite de les contacter.»

Cette soirée dans une boîte branchée de la rue principale de Montréal aura permis de mettre en lumière les trois premiers modèles de Scion devant une jeune clientèle qui ne s’attendait pas de voir des voitures dans la place ! Et l’«october fest» s’est poursuivi jusqu’à la fin du mois d’octobre chez les concessionnaires, qui, un à un, ont fêté leur inauguration à leur façon.

C’est au printemps qu’un quarantaine de nouveaux concessionnaires viendront s’ajouter à ce nouveau réseau.

 

À propos Linda Nadon

Linda Nadon est l'Éditrice d'Affaires automobiles. Elle peut être joint par courriel à lnadon@universusmedia.com.

Articles similaires
Share via
Copy link