Al MacPhee élu nouveau président de la CADA

Affaires automobiles a parlé à Al MacPhee, le président nouvellement élu de la CADA, pour connaître sa vision de l’avenir

Le président nouvellement élu de la Corporation des associations de détaillants d’automobiles (CADA) est un visage familier.

Le concessionnaire automobile Al MacPhee, bien connu partout au Canada, a été élu président lors de la réunion du conseil de la CADA en octobre. M. MacPhee a fait l’objet d’une nouvelle et la couverture du magazine Affaires automobiles plus tôt cette année quand il a vendu sa concession de Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, au Groupe Steele.

Al MacPhee aurait dû vendre sa concession à Dartmouth, mais il dit qu’il a encore beaucoup à faire, y compris le maintien d’un parc de 1 750 véhicules de location et l’exploitation d’une concession Ford à Dartmouth. De plus, étant le président de LAR, il est toujours actif avec des œuvres caritatives dans sa communauté. « J’ai vécu les six derniers six mois les plus trépidants », dit M. MacPhee avec un petit rire. « Mon agenda est rempli de 7 heures jusqu’à 21 heures. »

Membre du conseil de la CADA et du comité exécutif depuis des années, Al MacPhee dit qu’il est au courant des problèmes que la Corporation tente de régler pour le compte des concessionnaires. 
« C’est une grande organisation vraiment bien 
gérée », affirme M. MacPhee. « Notre travail sera maintenant de s’assurer que les concessionnaires savent qu’une grande organisation comme la CADA tient compte de leurs besoins. »

Al MacPhee dit que la priorité sera de travailler en étroite collaboration avec les associations provinciales afin de mieux coordonner les intérêts de l’organisation et les activités avec ce qui se passe dans les provinces. « Nous avons tous un intérêt commun : le concessionnaire automobile », affirme M. MacPhee.

Les principales mesures

MacPhee mentionne quelques-unes des priorités auxquelles il compte s’attaquer durant son mandat :

  • La Loi sur les banques : Maintenir le statu quo sur l’implication des banques dans le financement des véhicules de location. « Nous respectons et nous apprécions les banques à titre de partenaires ;
cependant, à titre de concurrents directs, elles ne serviraient pas bien le public canadien et seraient préjudiciables aux concessionnaires », explique 
M. MacPhee, ajoutant que les concessionnaires 
apprécient et respectent la décision prise par le 
gouvernement fédéral de maintenir les banques hors de la location.
  • Le Programme d’arbitrage de l’Association canadienne des constructeurs de véhicules exige plus de travail. « Nous voulons certainement un programme qui offre une protection pour le concessionnaire », affirme M. MacPhee. « C’est une affaire sérieuse pour nous. » Il dit que l’association s’est engagée à améliorer le programme qui protège les concessionnaires d’automobiles. « Ce doit être quelque chose qui réconcilie tout le monde. » Il dit que les concessionnaires ont besoin de faire des plans à long terme et requièrent le soutien de leur fabricant, même pendant les moments difficiles.
  • Les véhicules à conduite à droite : la CADA souhaite que le gouvernement empêche les véhicules à conduite à droite d’entrer au Canada. M. MacPhee dit que les statistiques de l’industrie canadienne de l’assurance montrent que ces 
véhicules sont plus susceptibles d’être impliqués dans des accidents. Une étude de 2007 commandée par le Bureau d’assurance de la Colombie-Britannique démontre que les véhicules à conduite à droite ont un taux d’accidents plus élevé de 40 % que les véhicules à conduite à gauche. Beaucoup de ces véhicules qui arrivent au Canada ont aussi une technologie plus ancienne qui pollue plus. « Ce sont de gros pollueurs », dit Al MacPhee, ajoutant que cela ne s’applique pas aux voitures anciennes 
ou de collection.
  • La hausse des groupes de concessions : Le récent Livre Blanc de la CADA qui a jeté un regard sur l’avenir de l’industrie fait la lumière sur l’augmentation des groupes de concessions. L’association a besoin d’adapter sa façon de mener ses activités afin de s’assurer que les services 
évoluent pour garantir une représentation égale aux concessionnaires uniques et aux concessionnaires multiples. « La CADA doit devenir une fédération très forte représentant tous les concessionnaires, peu importe que vous soyez un 
concessionnaire unique ou d’un groupe de 20 ou de 40 concessions », affirme M. MacPhee. Il dit que les règles provinciales doivent être similaires parce que certains groupes possèdent des franchises dans diverses provinces qui relèvent de différentes associations.
  • Une fédération unie : L’association des concessionnaires canadiens devra continuer à travailler étroitement avec ses homologues provinciaux. 
« Nous devrons marcher main dans la main avec toutes les associations provinciales », affirme M. MacPhee. « Aucun concessionnaire ne peut le faire seul. Une fédération des concessionnaires d’automobiles est capable, avec une équipe importante, de représenter les concessionnaires peu importe le problème auquel ils ont à faire face », dit-il. Al MacPhee dit avoir constaté qu’il y avait une meilleure communication au cours des dernières années entre la CADA et les associations provinciales. « Les associations provinciales sont maintenant plus proches, c’est indéniable », dit-il. « Mais chaque association provinciale doit savoir précisément ce que la fédération fait pour toute l’industrie. »
  • La planification de la relève : « Il y aura de nombreuses occasions d’affaires pour les gens dans l’industrie automobile », dit Al MacPhee, « mais ce pourrait juste être un peu différent de ce qu’on a connu dans le passé. Au lieu de se limiter à la concession, plus de jeunes entrant dans l’industrie pourraient avoir encore plus de possibilités avec 
des postes de direction au sein de groupes de 
concessionnaires. »
  • La loi sur la concurrence : la CADA devra encore informer les concessionnaires quant aux modifications à la Loi sur la concurrence du 
gouvernement fédéral. La CADA a produit le 
premier texte de la Loi sur la concurrence. « La Loi sur la concurrence change la donne », explique 
M. MacPhee, ajoutant que le gouvernement fédéral lui a donné des dents. « Nous voulons juste nous assurer que nous comprenons ce que cela signifie pour notre entreprise. »

Al MacPhee œuvre dans l’industrie automobile depuis 1962 ; il est propriétaire-exploitant de sa propre concession depuis 1983. « J’ai fait ma part », affirme M. MacPhee. « J’aime l’industrie. C’est une industrie où je m’amuse et où je ne m’ennuie jamais. »

Il dit qu’il aime jouer un rôle actif et avoir un profil élevé au sein de sa communauté. « Vous devenez un politicien sans être détesté ! »

À propos Linda Nadon

Linda Nadon est l'Éditrice d'Affaires automobiles. Elle peut être joint par courriel à lnadon@universusmedia.com.

Articles similaires
Share via
Copy link