Les ventes d’automobiles au Canada en juillet se rapprochent des niveaux pré-pandémie

Ça nous a semblé long, mais il y a certainement de bonnes nouvelles dans les chiffres de ventes des véhicules neufs au Canada pour juillet. Les ventes estimées à 165 020 véhicules ne sont que de 4,9 % inférieures aux chiffres de juillet de l’an dernier. En effet, selon DesRosiers Automotive Consultants (DAC), les ventes de juillet 2020 ont été les septièmes meilleures de l’histoire pour le mois.

Cette légère baisse par rapport à l’an dernier est remarquable en ce sens que les estimations préliminaires montrent que les ventes aux parcs sont demeurées passablement négatives, selon Rebekah Young, directrice, Économie financière et provinciale, à la Banque Scotia.

À la suite de leur chute spectaculaire due à la pandémie de COVID-19 en avril – en baisse de près de 75 % par rapport à l’année précédente – les ventes ont rebondi de façon impressionnante depuis. Les ventes de mai ont progressé de 147 % par rapport à avril, celles de juin, de 37,3 % par comparaison avec mai, et celles de juillet, de 6,2 % par rapport à juin.

Cette progression signifie-t-elle que le marché sera revenu à la normale pour le reste de l’année ? Depuis le début de l’année jusqu’à la fin de juillet, les ventes de 809 518 véhicules neufs représentent une baisse de 29,8 % par rapport à la même période en 2019.

« Les répercussions à long terme liées à la COVID-19 sur l’économie et le marché de l’automobile sont loin d’être claires, et il y aura probablement d’autres rebondissements », a déclaré Dennis DesRosiers, de Desrosiers Automotive Consultants (DAC).

Parmi les autres facteurs, il y a le succès des ventes de ce mois-ci ; reste à voir dans quelle mesure il a reflété la demande refoulée des ventes perdues du printemps par rapport à une reprise plus durable, selon DAC.

Sur la base du taux annuel désaisonnalisé (TAD), tel que calculé par DAC, le taux de juillet, qui n’était que de 1,8 million, était encore bien inférieur aux normes établies – il s’agissait du plus bas pour le mois depuis 2015.

Pour l’instant, cependant, le tableau des ventes est solide, et l’industrie de l’automobile a enfin des nouvelles positives, a conclu M. DesRosiers.

En ce qui concerne le tableau de l’ensemble de l’année, compte tenu de ce rebond précoce et de l’attente d’une continuation dynamique tout au long de l’été, la Banque Scotia a « modestement » révisé à la hausse ses prévisions de ventes annuelles à 1,6 million de véhicules (contre 1,5 million) pour 2020, tout en notant qu’il y a risque qu’elles demeurent en baisse, en particulier en ce qui concerne les développements liés à la pandémie aux États-Unis.

Résultats limités pour les marques individuelles

Étant donné que les constructeurs d’automobiles, pour la plupart, ne font plus état de chiffres mensuels des ventes, on ne peut pas déterminer grand-chose en ce qui concerne les performances individuelles d’une marque. Parmi celles qui ont publié un rapport, cependant Volvo et Subaru ont ouvert la voie, en termes de performance relative, avec des augmentations de 11,8 et de 10,1 %, respectivement, par rapport au même mois de l’an dernier.

Les ventes de Mazda en juillet ont également augmenté de 6,2 %, de 3,7 % chez Kia et de 1,7 % chez Hyundai. Kia et Mazda ont toutes deux enregistré leurs meilleures ventes à vie en juillet. Les ventes de Genesis ont diminué de 19 %.

Tous les constructeurs d’automobiles devraient annoncer leurs résultats du troisième trimestre à la fin de septembre, de sorte que ces chiffres fourniront un meilleur portrait de la performance relative du marché.

Articles similaires
Share via
Copy link