La communauté automobile en deuil de M. André Dorais

La communauté des concessionnaires de Montréal a perdu l’un de ses membres les plus importants. André Dorais est décédé le 23 mai. Il avait 82 ans.

M. Dorais a occupé divers postes dans l’industrie en plus de 50 ans. Il a notamment été président de Honda Boucherville durant près de 30 ans. Pendant huit ans, il a siégé au Conseil d’administration de la Corporation des concessionnaires d’automobiles de Montréal ; il a servi un certain temps à titre de président. Il a également été président du Salon international de l’auto de Montréal. Il a également siégé au Conseil d’administration de la Motor Vehicle Manufacturing of Quebec.

M. Dorais a laissé une impression durable sur les membres de sa famille, ses collègues et Honda Canada à titre de personne passionnée et engagée envers l’industrie de l’automobile et de pilier des concessionnaires de Montréal.

Jean-Marc Leclerc, président et chef de la Direction de Honda Canada, a salué la contribution d’André Dorais à l’entreprise et aux activités automobiles.

« C’était un membre respecté de la famille Honda », a déclaré M. Leclerc. « Nous lui devons beaucoup pour ses contributions importantes qui ont fait de Honda la marque respectée qu’elle est aujourd’hui sur le marché de Boucherville et dans la province de Québec. »

Le propriétaire d’Action Chevrolet, Stéphane Guilbault, qui a acheté la concession de M. Dorais en janvier 2020, l’a qualifié de personne accomplie dans le domaine de l’automobile qui a redonné à l’industrie.

« Il savait ce que l’industrie de l’automobile apportait à lui et à sa famille et il était prêt à redonner au suivant en travaillant pour l’association des concessionnaires », a déclaré M. Guilbault. « Il était la voix du concessionnaire, et la relation concessionnaire/propriétaire avec le fabricant était méritée. Il était à peu près dans toutes ces batailles avec les fabricants tout au long de sa carrière, mais c’étaient des batailles constructives. Quand vous parlez d’André Dorais chez Honda, sa concession était reconnue et donnait une excellente expérience client. C’était à peu près son héritage. »

Le gendre de M. Dorais, Angelo Sbrissa, qui a travaillé avec lui comme directeur général de la concession Honda pendant 18 ans, a décrit son beau-père comme « un vrai gars de voiture de la tête aux pieds. Pour lui, aller au travail ce n’était pas aller travailler. Il était tellement passionné par l’industrie de l’automobile. »

Après avoir obtenu son diplôme de l’Université Laval, André Dorais est entré dans le secteur de l’automobile dans les années 1960 en occupant un poste de financement automobile pour une entreprise. Il est ensuite entré dans le monde des concessions dans les années 70 lorsqu’on lui a offert un emploi chez Laval Chrysler à titre de directeur des Ventes. Il a ensuite travaillé pendant plusieurs années comme directeur des Ventes chez Fortier Ford jusqu’à ce qu’il se voie offrir la franchise Honda Boucherville en 1991 dans une zone en grande partie sous-développée. Le bâtiment et le terrain appartenaient à un autre concessionnaire Honda. Plus tard, M. Dorais a racheté la partie concession tout en continuant à louer le terrain.

Au cours de sa présidence du Salon de l’auto, il a participé à la rupture du bail avec le Stade olympique et au déplacement de l’événement au Palais des Congrès nouvellement agrandi en 2002. Cela signifiait parler aux fabricants et les convaincre de l’importance du déménagement. Le vice-président exécutif du Salon de l’auto, Denis Dessureault, a déclaré que M. Dorais était un bon négociateur.

« C’était ce genre de gars, il voulait que l’association soit forte », a déclaré M. Dessureault.

Antoine Bassili, président d’Automobiles Popular Inc. et ancien membre du Conseil d’administration du Salon de l’auto, a déclaré que les antécédents financiers d’André Dorais se sont révélés inestimables au cours du processus délicat de déplacement de l’événement hors du stade olympique.

« Il s’en est sorti et tout s’est bien passé », a déclaré M. Bassili. « C’était difficile, mais il est allé jusqu’au bout. Il ne s’est pas mis à l’écart. Je n’imaginerais pas que quelqu’un sans antécédents financiers et automobiles puisse le gérer aussi bien que lui. »

Sbrissa a déclaré qu’André Dorais avait choisi son 80e anniversaire comme point charnière lorsqu’il a décidé de vendre la concession.

« Les gens attendent avec impatience la retraite parce qu’ils en ont marre de leur travail, mais il redoutait le jour où il ne pourrait plus aller travailler », a déclaré M. Sbrissa.

Guilbault a déclaré qu’André Dorais était « un gentleman classique » lors du processus de vente négocié par Dealer Solutions Mergers and Acquisitions.

« Parfois, lorsque vous achetez une concession, vous avez des surprises, mais nous n’avions rien avec lui », a déclaré M. Guilbault. « Il avait de bonnes pratiques et de bons processus dans son entreprise. Il nous a dit quand il a repris Honda, Honda n’était pas ce qu’elle est aujourd’hui, et pour lui c’était un gros investissement de construire une concession au milieu d’un champ à cette époque. Il a pris un risque, mais cela s’est transformé en un véritable succès, et il était vraiment, vraiment fier de son accomplissement. Il était bien considéré par les marchands du Québec.

Bassili a déclaré qu’André Dorais a continué à suivre l’industrie de l’automobile même après avoir vendu sa concession. Ils faisaient partie d’un groupe de concessionnaires qui se réunissaient pour le déjeuner tous les jeudis depuis environ 10 ans pour discuter des voitures et de ce qui se passait dans le secteur de l’automobile mondial.

Le décès d’André Dorais était inattendu. Il est allé à l’hôpital où on lui a diagnostiqué une bactérie et est décédé trois jours plus tard.

Serge Minguy, président et fondateur du Groupe Auto Longueuil, était un ami de longue date de M. Dorais et a rappelé leurs nombreux souvenirs.

« Nous avons voyagé ensemble, nous sommes allés au restaurant ensemble, nous avons échangé des idées sur l’industrie de l’automobile et sur la vie », a déclaré M. Minguy. « C’était un homme très gentil. Que puis-je dire, André était agréable, un bon ami. Il est décédé trop vite.

André Dorais laisse dans le deuil son épouse, Cécile Martel, ses enfants Maryse et Daniel ainsi que leurs conjoints et petits-enfants.

Articles similaires
Share via
Copy link