Les ventes d’automobiles au Canada en avril décimées par la COVID-19

Comme les concessionnaires sont effectivement fermés dans une grande partie du Canada depuis la mi-mars, les analystes prévoyaient que les ventes de véhicules neufs d’avril pourraient diminuer de 80 %. Malheureusement, leurs prévisions n’étaient pas très loin du compte. Les ventes réelles de seulement 45 833 nouveaux véhicules au cours du mois ont diminué de 74,6 % par rapport à avril 2019, selon les estimations de DesRosiers Automotive Consultants (CAD). Au total, le marché est en baisse de 36,7 % par rapport à 2019.

Même si les dossiers détaillés étaient incomplets avant 1990, on estime qu’il s’agit du plus bas total de ventes en avril depuis 1951, selon DAC. Et le taux annuel désaisonnalisé pour le mois, sur la base de ces estimations, a à peine dépassé 450 000 ; et l’on prévoyait 1,9 million de ventes.

Ce qui peut être plus étonnant que ce déclin dramatique, c’est le fait qu’il n’y a eu aucune vente, compte tenu de la gravité des mesures de fermeture imposées presque partout au pays. Bien que beaucoup, sinon la plupart, de ces ventes semblent provenir de remplacements de bail, cela peut être révélateur d’un certain nombre de demandes de retour une fois que les restrictions seront assouplies.

Il est vrai que les choses pourraient être pires ; à titre d’exemple, les livraisons de voitures neuves en Grande-Bretagne en avril ont baissé de 97,3 %, et celles qui ont été effectuées l’ont été plus tôt. Les nouvelles les plus encourageantes sont que, en partie grâce aux efforts de lobbying énergiques de la CADA et des associations provinciales de concessionnaires, les restrictions commencent maintenant à s’assouplir dans certaines provinces, tout comme les limites sur les ventes en ligne – un domaine qui prendra sans doute de l’expansion à mesure que les concessionnaires et les clients s’habitueront aux nouveaux processus.

En outre, certains constructeurs d’automobiles ont déjà repris ou prévoient redémarrer une production limitée d’ici la fin du mois de mai. Donc, aussi faible soit-elle, il y a de la lumière au bout du tunnel. « Cela pourrait signifier que les résultats d’avril 2020 nous ont amenés au fond de ce gouffre, et les premières étapes provisoires de la reprise peuvent potentiellement commencer dès ce mois », a déclaré Dennis DesRosiers.

Résultats limités pour les marques individuelles

Si l’on inclut les résultats d’avril, Nissan et sa marque de luxe, Infiniti, se sont jointes à la longue liste de constructeurs d’automobiles qui ne déclarent plus de ventes canadiennes sur une base mensuelle. Par conséquent, le nombre de ventes réelles déclarées pour les marques individuelles ne permet pas d’établir un classement valide pour le mois. Les totaux individuels des fabricants et de l’industrie seront conciliés et déclarés tous les trimestres et chaque année.

Ceci dit, même avec les données limitées disponibles et les bouleversements dans les circonstances globales, les résultats pour les constructeurs d’automobiles qui font un rapport suivent des tendances familières, comme l’illustrent les calculs de parts de marché. Tous se situent à moins de 0,1 % de leur valeur d’avril 2019, à l’exception de Subaru (-0,2 % à 2,9 %) et Toyota (-0,3 %).

Un tableau plus complet sera disponible lorsque les résultats complets du deuxième trimestre seront publiés au début de juillet pour tous les fabricants.

Articles similaires
Share via
Copy link