Quel sera l’impact de l’inflation sur les concessions et les consommateurs ?

Après une longue période de stabilité économique, nous vivons l’incertitude et la volatilité. Les concessionnaires ont beaucoup à penser.

Plus on vieillit, plus on devient sceptique. Le risque est mieux absorbé par les jeunes et est censé nous éviter, les personnes plus âgées, en quelque sorte.

Il est vrai, cependant, que, pour effacer les erreurs du passé, la marge de manœuvre est moins grande à mesure qu’on vieillit.

Avec l’inflation qui devient incontrôlable et prend de l’ampleur, tout le monde sur cette planète en ressent ses effets tous les jours, peu importe où vous vivez et combien d’argent vous gagnez.

L’épicerie hebdomadaire n’en est qu’un exemple. La demande dépassant l’offre, en particulier pour les produits alimentaires où l’offre est perturbée d’une façon ou d’une autre, un environnement d’incertitude crée un scénario d’achat aléatoire.

Oubliez la planification des menus. Vous pouvez presque garantir que plus de 20 % des articles de votre liste de courses ne seront pas disponibles ou que leur prix sera si élevé qu’il sera difficile de payer le prix.

À titre de concessionnaires, cependant, nous sommes tous habitués à prendre des décisions partagées tous les jours ; alors, nous remplaçons ce rôti de côte de bœuf que vous et votre famille attendiez avec impatience par un poulet précuit. La hausse de l’inflation signifie que les consommateurs doivent apprendre à faire des choix.  Vous pouvez vivre avec les prix plus élevés ou modifier vos habitudes d’achat. Le choix vous appartient.

« Pour nous, concessionnaires, tant que l’approvisionnement nous permet de maximiser nos revenus, nos entreprises ne devraient avoir aucun problème à résister à toute tempête inflationniste. »

Le problème est que l’inflation touche à peu près tout et n’importe quoi. Certaines hausses de prix conduisant à une inflation plus élevée pourraient être justifiées, mais beaucoup ne le sont pas. Augmenter les prix simplement parce que d’autres le font, ça se voit partout dans l’économie. Cet alignement des prix est bien vivant dans notre économie.

La Banque du Canada augmente les taux d’intérêt dans l’espoir de freiner l’inflation, puis de la ramener à sa cible de 2 %. L’inflation augmente rapidement mais met plus de temps à baisser.

Pour ceux qui n’empruntent pas, la hausse des taux ne les dissuade pas de dépenser. Pour eux, la stratégie des taux d’intérêt semble nécessaire. Pour ceux qui empruntent, les petites hausses de taux ont peu d’effet. C’est une question de timing. Si vous avez un prêt hypothécaire fixe de 5 ans, vous n’en ressentirez l’impact que lorsque que vous renouvellerez. D’autre part, si vous avez un prêt hypothécaire à taux variable, vous en ressentirez l’impact beaucoup plus tôt.

Le prix des logements a grimpé en flèche. Cela affecte ceux d’entre nous qui achètent ou construisent de nouveaux logements ou qui recherchent un nouveau logement locatif. Pour tous les autres, les prix plus élevés sont anecdotiques jusqu’à ce que vous reveniez sur le marché, puis ils deviennent réels.

À titre de concessionnaires, nous empruntons historiquement beaucoup d’argent, et nous gagnons beaucoup d’argent grâce à ces emprunts. L’écart entre ce que nous payons et ce que nous gagnons a été très favorable ces derniers temps.

Quand elle est combinée à la pénurie de véhicules et de pièces, l’augmentation de la demande, des prix de vente et des marges connexes est de la musique à nos oreilles. Mais malgré cet environnement de vente favorable, nous sommes également soumis à des coûts d’intrants en constante augmentation à la hausse et à la baisse de nos profits et pertes. Toutes choses étant égales par ailleurs, cela nous coûte plus cher pour des intrants qui ne sont pas différents de ce à quoi nos clients consommateurs sont confrontés dans leur vie personnelle.

Ainsi, la pandémie a engendré une pluie de subventions gouvernementales, de pénuries d’approvisionnement et de rationalisation de la main-d’œuvre qui, à bien des égards, sont les principaux contributeurs à la hausse de l’inflation.

Question : sommes-nous dans une crise de prix ? Pour nous, concessionnaires, tant que l’approvisionnement nous permet de maximiser nos revenus, nos entreprises ne devraient avoir aucun problème à résister à toute tempête inflationniste. Mais qu’en est-il du scénario où nous revenons à une offre excédentaire et ne pouvons pas maximiser les revenus. L’inflation devient réelle dans nos entreprises lorsque nous revenons à l’actualisation des prix.

« Nous ressentons tous l’impact d’intervalles plus longs entre les visites au service à la clientèle. Cela se produit progressivement depuis de nombreuses années, ce qui érode lentement nos activités de services. »

La planification pour le reste de 2022 et probablement 2023 sera un exercice délicat. Quand l’approvisionnement de mes véhicules de marque reviendra-t-il à la normale ? Quel sera l’impact des augmentations à court terme du coût de la vie subies par nos clients de véhicules et de services sur la demande pour nos véhicules et nos services ? La situation actuelle fera-t-elle en sorte que les gens continueront à parcourir moins de kilomètres en raison des prix élevés de l’essence ?

De nombreux Canadiens ont besoin de leur véhicule pour travailler, mais quel impact les programmes de travail à domicile durant la pandémie auront-ils sur la demande des consommateurs pour les services de transport ? Les consommateurs de masse passeront-ils rapidement aux véhicules électrifiés ou attendrons-nous encore quelques années ? Comment la transition vers les véhicules électrifiés affecte-t-elle nos activités à court terme et quels investissements supplémentaires devrons-nous faire ?

Nous ressentons tous l’impact d’intervalles plus longs entre les visites au service à la clientèle. Cela se produit progressivement depuis de nombreuses années, ce qui érode lentement nos activités de services. À l’avenir, cette érosion pourrait s’aggraver. La seule vraie solution est d’augmenter le débit d’une manière ou d’une autre.

Le véhicule électrifié devrait fournir plus de débit même si nous connaîtrons moins d’heures par demande de réparation. Quand commencerons-nous à voir cet impact dans nos baies de service ? L’incidence actuelle sur la consommation d’une inflation élevée et de la hausse des taux d’intérêt retardera-t-elle le passage à l’électrification dans les provinces qui n’offrent pas de rabais ?

Certes, au Canada jusqu’à présent, l’électrification a été en grande partie une occasion pour la Colombie-Britannique et le Québec. À bien des égards, l’électrification des véhicules est étroitement liée à la politique gouvernementale. Il y a beaucoup d’intérêt de la part des consommateurs, mais les prix, ainsi que l’infrastructure d’électrification ont été un facteur de dissuasion majeur.

Les défis économiques actuels auxquels sont confrontés les consommateurs seront-ils un catalyseur de croissance dans l’avenir de nos entreprises de véhicules d’occasion ? D’un autre côté, la baisse des livraisons de véhicules neufs au cours des 24 derniers mois entraînera-t-elle une pénurie d’approvisionnement en véhicules d’occasion ?

Au cours des dernières années, avant la pandémie, nous avons eu la chance de connaître un environnement économique stable. Ce n’est pas le cas aujourd’hui, et personne ne sait quand la stabilité reviendra ni même à quoi elle ressemblera.

De nombreuses forces extérieures affecteront notre avenir collectif. Des jours meilleurs pourraient très bien être devant nous, mais la planification pour nous y rendre n’a jamais été aussi difficile.

À propos de Charles Seguin

Chuck Seguin est président de Seguin Advisory Services, une société-conseil qui aide les concessionnaires d’automobiles à réussir en leur fournissant des points de vue et des services indépendants confidentiels conçus pour répondre aux multiples décisions auxquelles sont confrontés les directeurs des concessions. On peut le joindre au (416)565-9493 et par courriel à cs@seguinadvisory.ca.

Articles liés
Share via
Copy link